My beautiful picture

 

Cosmetic Valley France et Cosmetic Congo ont signé le 31 janvier à Pointe-Noire un accord de partenariat visant le développement de la filière cosmétique à partir du potentiel de la cosmétopée congolaise.

 

Sylvestre Didier Mavouenzela, président de la Chambre de commerce d’industrie, d’agriculture et de metiers du Congo et président de Cosmetic Congo d’une part et Jean Luc Ansel, directeur général de Cosmetic Valley France et France Cluster d’autre part, ont paraphé un protocole d’accord visant la sauvegarde de la biodiversité, des savoirs et savoirs faire traditionnels en procédant au Congo à un recensement des plantes congolaises pouvant être utilisées en cosmétique. Cet accord vise aussi le développement des activités économiques locales basées, soit sur l’utilisation traditionnelle en cosmétique des plantes du Congo, soit sur la recherche de principes actifs issus de plantes préalablement sélectionnées.

Le protocole valable pour une durée de trois ans va en outre favoriser le partenariat scientifique, le transfert de technologies entre les instances liées à la recherche et le recours à l’information scientifique prioritairement pour l’accès au laboratoire avec le deux clusters.

Dirigée par Jean Luc Ansel, Cosmetic Valley, pôle de compétitivité français est chargé de développer les liens entre la recherche privée et la recherche publique. Cette industrie de la cosmétique basée en France est le premier centre de ressources mondial de la parfumerie-cosmétique. Cluster France est une association dont le rôle est de regrouper les clusters et grappes d’entreprises et pôles de compétitivité.

En marge de la signature de l’accord, l’assemblée générale constitutive de Cosmetic Congo a mis en place la structure cosmétique locale composée de chercheurs, tradi praticiens, industriels botanistes…. Cette association a pour but de développer la cosmétopée au Congo. Le groupement d’intérêt économique  va ainsi permettre de valoriser les pratiques et savoirs faire dans le domaine de la cosmétique pour en faire des opportunités au Congo.

Hervé Mampouya