Au détour d’une mission effectuée dans une entreprise publique à Brazzaville, en janvier 2020,  Denis Richard,  en charge du  Congo à  l’Association française  des seniors professionnels  Ecti, a fait  le déplacement de Pointe-Noire dont il a rencontré le président de la chambre consulaire. Antérieurement dirigeant d’une filiale du distributeur automobile CFAO dans la ville océane congolaise, l’homme se voit volontiers dans les habits de fée bienveillante pour les entreprises locales. Interview.

Le Courrier Economique : On vous a surpris en conversation avec le président de la chambre consulaire de Pointe-Noire. Qu’avez-vous évoqué ?

 Denis Richard : je suis en mission à Brazzaville mais j’ai fait le déplacement de Pointe-Noire pour plusieurs raisons. La première  est sentimentale. J’ai vécu un an et demi dans cette ville. J’étais le directeur général d’une société de distribution automobile Sodaco, une filiale du Groupe Cfao. La 2e raison c’est que compte tenu du pôle d’activité de Pointe-Noire, il m’a semblé intéressant de renouer avec les organisations représentatives des entreprises de cette ville  pour proposer nos services dans le domaine de bénévolat de compétence : fournir des expertises bénévolement dans beaucoup de domaines.

Comment se structure votre démarche  bénévole ?

Si l’entreprise a un besoin- et cela  est le plus important- qu’elle définisse précisément ce besoin. Ça peut être la menuiserie, la chaudronnerie, un projet agricole (renouvellement de matériel, par exemple), Après la précision du besoin, nous recherchons quelqu’un qui est membre d’Ecti,  qui a cette compétence et qui est prêt à venir la partager avec le demandeur au Congo.   En général, ce sont des missions de conseil ;  nous ne travaillons   pas à la place des entreprises.  Nous intervenons  soit à distance soit en venant sur le terrain et pour des missions qui peuvent être de l’ordre d’une dizaine de jours,  de trois semaines et peut-être d’ un mois. Et si la période est plus longue, on essaie de faire venir l’expert en plusieurs étapes.

Concrètement, comment vous contacter ?

C’est très simple. Vous avez une entreprise qui voudrait bien être aidée pour son développement, elle contacte la chambre consulaire de Pointe-Noire. Cette dernière relaie son  besoin auprès d’ Ecti. Et pour le Congo, c’est à Denis Richard-que je suis.  Ma première mission sera de chercher dans le portefeuille d’experts (3000 membres)  la personne la plus proche de la  demande exprimée, qui a les compétences et qui est prête à venir offrir ses services. Une fois que la personne est identifiée, je transmets à l’intéressé via   la chambre consulaire de Pointe-Noire un, deux ou trois CV de ces experts.  En général,  il faut qu’il y ait un contact direct entre le demandeur et l’expert pour bien se comprendre.

Un message de la fin ?

Nous sommes  vraiment au service des entreprises de Pointe-Noire.