La déléguée générale du Cemaco a entrepris une sensibilisation des professionnels de l’hôtellerie et du tourisme à l’occasion d’une réflexion sur les pistes de rebond d’une filière en perte de vitesse.

Englués dans une sévère crise née du séisme Covid-19, les acteurs du tourisme et de l’hôtellerie de Pointe-Noire errent sur un champ de ruines. Comment sortir de ce cauchemar, qui se traduit par la multiplication des dépôts de bilan ?
La Confédération générale du patronat du Congo (Cogepaco) croit tenir une piste : la réflexion, au travers du Forum sur les stratégies entrepreneuriales de ces acteurs en période de Covid. Forum tenu ce lundi 23 août 2021 à l’Hôtel de ville de Pointe-Noire. C’est à cette occasion que la branche ponténégrine du Centre de médiation et d’arbitrage du Congo (Cemaco-Pointe-Noire) s’est dévoilée à ces professionnels en proie au doute. Parfaite Pantou, sa déléguée générale, a souligné la nécessité pour eux d’aller vers cette justice alternative. Agissant au cœur d’une galaxie où gravitent plusieurs prestataires (agences de location, tour-opérateurs, assureurs…), ces acteurs ont plus que besoin d’un levier accélérateur du règlement de leurs différends, a préconisé l’oratrice. Qui s’est répandue sur les avantages des deux solutions – arbitrage et médiation- proposées par le Cemaco : procédures confidentielles, rapides et transparentes ; faible coût, garantie de la continuité de la relation d’affaires etc.
Organes, saisine, contexte d’éclosion, accompagnement : rien n’a été mis sous le tapis au sujet de cette justice, qui vise l’amélioration du climat des affaires. Et donc l’installation de l’économie sur une trajectoire vertueuse.