En quête d’un ballon d’oxygène, les acteurs de l’Enseignement supérieur privé se sont vu promettre le soutien de gouvernement.

Une ministre à l’écoute et porteuse , au gouvernement, des problèmes du sous-secteur de l’enseignement supérieur privé de Pointe-Noire. C’est sous ce portrait engageant que la titulaire des portefeuilles de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique est apparue face au réseau des établissements supérieurs privés de la capitale économique congolaise.
Face-à-face intervenu la matinée de mercredi 1er septembre 2021 à la chambre consulaire de l’agglomération océane. Delphine Edith Emmanuel est venue identifier et discuter des défis du sous-secteur. Et , pour les 15 établissements du réseau local présidé par le Pr Delphin Louembe, il y en a quatre fondamentaux: la redevance des droits d’inscription; la relance du dossier Master, l’appui Covid et la transformation numérique des cadres e formation. A ces écueils, la ministre a apporté des réponses: moratoire sur la perception de la redevance sur les droits d’inscription; promesse d’étude du cas Master, en insistant sur le respect des obligations liées à cette question; engagement à mener un lobbying auprès du ministre des Finances pour l’appui inhérent aux pertes dues à la Covid-19. Sur ce dernier aspect, Delphine Edith Emmanuel a assujetti le déblocage éventuel de l’aide à leur alignement sur les mesures de lutte anti-Covid: vaccination ou présentation d’un test PCR négatif chaque semaine pour les enseignants et les étudiants.
En définitive, la ministre a affirmé être à équidistance entre l’intérêt public et l’intérêt privé.