La BSCA Bank a animé, mardi 17 décembre à la chambre de commerce de Pointe-Noire,  un petit-déjeuner consulaire sur le nouvelle réglementation des changes en zone Cemac. L’ambition étant d’amener les acteurs économiques à s’imprégner de nouvelles contraintes pour mieux faire face à la donne actuelle. 

Entrée en vigueur en 2019, la nouvelle réglementation des changes en zone Cemac a bien changé le donne en encadrant plus strictement un certain nombre d’opérations comme les transferts de fonds dans le cadre des importations et autres. Le management ponténégrin de la banque sino-congolaise pour l’Afrique( BSCA) s’est saisi de la question au cours d’un Petit-déjeuner consulaire, intervenu ce mardi 17 décembre à la chambre de commerce de Pointe-Noire, initiatrice de ce programme de sensibilisation. Objectif, aider les acteurs économiques à mieux appréhender les nouvelles règles pour continuer à exercer leur activité. Les quatre banquiers mobilisés pour la cause ont passé en revue les principaux changements induits par la nouvelle réglementation. Dans le cas spécifique des transferts, ils ont rappelé les documents obligatoires: ordre de transfert, RCCM, copie de la pièce d’identité, visa ( pour les étrangers), patente et NIU( numéro d’identification unique).
En tous les cas, complétude du dossier et conformité interne et externe sont les maîtres-mots, ont insisté les collaborateurs de la BSCA. Le non-respect des obligations promues par le nouvel état de fait expose l’opérateur économique et la banque à des sanctions.
EXPÉRIENCE
La banque sino-congolaise pour l’Afrique s’est félicitée d’une solide expérience dans la gestion des dossiers de transferts: une position nette de liquidités favorable; une courbe d’expérience accumulée dans les échanges réguliers avec les régulateurs; une efficacité de la procédure garantissant les délais de traitement dans les 48 h maximum; un réseau de 23 correspondants à travers le monde.