Arsène Mbouandi, au siège d’Arsenoise,

Directeur gérant d’Arsenoise, Arsène Mbouandi fait partie de la première promotion de dirigeants d’entreprise candidats à la formation Parcours de l’entrepreneur de la chambre consulaire de Pointe-Noire.  Ses confidences.

Quand il nous reçoit la matinée du samedi 19 août 2017 au siège de son entreprise sise  au quartier la Base aérienne de Pointe-Noire, Arsène Mbouandi est un homme particulièrement loquace et détendu. « La dernière fois que j’ai discuté avec mon gestionnaire de compte, il ne m’a plus reconnu. Même avec les agents du fisc, le dialogue s’est amélioré » révèle -t-il, soulignant en creux l’étendue des progrès réalisés. Impossible pour le dirigeant de ne pas attribuer  ces prouesses à la magie de la formation Parcours de l’entrepreneur. Nouveau dispositif d’accompagnement imaginé par la chambre consulaire de Pointe-Noire avec l’appui de la chambre de commerce et d’industrie de Nantes Saint-Nazaire. Et rendu accessible grâce à la subvention  de l’Agence française de développement (AFD), qui s’est déjà illustrée par le financement  du compagnonnage consulaire, le programme ayant permis la mise sur pied de cette formation.

A la tête de la société Arsenoise depuis 2013, Arsène Davy Mbouandi a la certitude d’avoir identifié    de nouveaux ressorts pour redessiner l’avenir de son entreprise. Novice dans son domaine d’activité ? certes non. « Arsenoise est le produit de mes douze années d’expérience passées dans les milieux de l’off-shore congolais, précisément dans le domaine pétrolier, sur la gestion des techniques d’exploitation et de maintenance industrielle » assure-t-il. Point de doute donc sur son savoir-faire technique au sujet de son portefeuille étoffé d’activités (instrumentation, automatisation, électricité, mécanique, tuyauterie, soudure industrielle). Mais cet homme à la bonhomie non empruntée a voulu s’offrir, grâce à la formation Parcours de l’entrepreneur, les clés d’un pilotage optimal de ses projets. La pierre qui parachève l’édifice du succès, en quelque sorte. « En ma qualité de directeur gérant, je suis obligé de marier la technique à la gestion administrative de ma structure. D’où ma soif de connaissances sur  de différents domaines loin de ma technique de prédilection. Et comme sur un plateau, la chambre [consulaire de Pointe-Noire] vient combler ces lacunes, à travers ce parcours » confie-t-il.

Un  vecteur de changements positifs

Très vite, cette formation, qui promeut une montée en compétences dans les domaines de l’organisation, du management et de la gestion, va se révéler un puissant vecteur de changements positifs dans son entreprise. « Je suis à la fin du Parcours. Chaque jour qui passe, je remarque des améliorations sur la manière de conduire ma structure. Les mois passés, nous étions excellents sur les réalisations ; maintenant, nous pouvons apprécier les progrès en interne sur la gestion de l’entreprise » se flatte Arsène.  Ces résultats, cette société qui a su anticiper le virage de la diversification de ses activités les doit aux actions très rapidement mises en place. Réorganisation des équipes avec la création des postes, exhumation des dossiers cette fois mieux valorisés et défendus   devant le banquier… la liste -non exhaustive- des pistes explorées témoigne d’un changement d’approche nourri par les consignes et méthodes apprises lors de cette formation. « Au sortir de nombreux échanges avec nos coachs et grâce au partage d’expériences entre chefs d’entreprise, je me suis à plusieurs reprises confronté aux raisons des échecs de mon parcours d’avant » confesse la figure de proue d’Arsenoise.

Sur les bons rails

Placée sur de bons rails, Arsenoise peut sereinement envisager l’avenir, forte d’un cap désormais clair. Imaginé à la genèse de ses activités, le plan de développement de l’entreprise va entrer dans sa deuxième phase- « rendue possible grâce aux nombreux partages pendant le parcours de l’entrepreneur » tient-il à préciser. Même s’il se garde d’en dévoiler les articulations phares. Mais à court terme, la PME, qui emploie une quinzaine de collaborateurs, entend élargir  le cercle des bénéficiaires de cette formation. « Un ou deux collaborateurs, histoire de parler le même langage » promet le numéro un d’Arsenoise.