RIAC officiels-2Piloté  par l’Union pour l’étude et la recherche sur la population et le développement(UERPOD), le projet sur le renforcement des capacités organisationnelles et techniques des exploitants et groupements d’intérêt agricole  dans le département de Pointe-Noire  a été officiellement lancé  le vendredi 12 décembre  à la chambre de commerce, en présence du consul général de France à Pointe-Noire  Jean-Luc Delvert ,dont le pays a assuré 80%  du financement de ce  projet  évalué à 25 millions de FCFA.

Indisponibilité des terres cultivables, déficit organisationnel, humain et financier, capacité dérisoire de plaidoyer auprès des autorités locales et du gouvernement … le contexte d’exercice  des activités maraîchères et agropastorales  dans le département de Pointe-Noire est difficile. Il éloigne les performances escomptées et, surtout, ne permet guère d’épouser l’évolution de  la  demande, qui explose en raison de l’extension de la ville et de sa forte  poussée démographique. C’est pour changer la donne    que ce projet a été mis sur orbite. Il vise à structurer la filière maraîchère d’une manière cohérente, et en synergie avec la politique agricole définie par le gouvernement. Dans le viseur : le renforcement des compétences techniques et organisationnelles des producteurs, l’amélioration à terme de la production et de la rentabilité des exploitations. Sont particulièrement concernés, les 210 exploitants  membres de 10 groupements et associations du réseau des éleveurs et agriculteurs  du Congo (REAC).

Autres ambitions : développer les cultures à haute valeur ajoutée dans le département de Pointe-Noire, améliorer l’accès des producteurs au marché ou envisager  le gain  de nouvelles  parts.  « L’agriculture est un bien commun, une nécessité millénaire, un enjeu pour le futur, car il s’agit de relever un défi, celui de nourrir une population toujours croissante. Quels que soient les progrès fulgurants réalisés par l’humanité, ce défi-là reste posé, en permanence » a indiqué Jean-Luc Delvert. Diplomate dont le gouvernement  a financé cette aventure à hauteur de 20 millions de FCFA grâce au Fonds d’appui aux sociétés civiles. La chambre de commerce, d’industrie, d’agriculture et des métiers  par la voie de sa secrétaire générale  Evelyne Tchichelle s’est réjouie du partenariat  UERPOD-ambassade de France. Prévu pour 14 mois, le projet  a reçu l’appui  des autorités du département. « Nous vous assurons de notre soutien multiforme dans l’atteinte de votre objectif principal, celui d’améliorer les revenus des producteurs de Pointe-Noire par la structuration de la filière maraîchère » a promis Jean –Louis  Banthoud, directeur de cabinet du préfet de Pointe-Noire.  Inclusif, ce projet réunit les acteurs publics-privés et  notamment la chambre consulaire et les directions départementales de l’agriculture et de l’élevage.