AvicoleLes acteurs de la filière avicole se sont retrouvés le  17 juin 2015 à la CCIAM pour valider le premier projet  structurant du cluster avicole dans le cadre de la composante 2 du Projet de renforcement des capacités commerciales et entrepreneuriales (PRCCE), une initiative du gouvernement congolais soutenu par l’Union européenne et le Centre pour le développement de l’entreprise (CDE). 

Les acteurs de la filière avicole du secteur privé et public et les  institutions d’appui se sont réunis pour mettre en place leur cluster. Entité devant regrouper l’ensemble des opérateurs  de ce domaine  (éleveurs, fabricants d’aliments de bétail, pouvoirs publics, fournisseurs, commerciaux…). Objectif : développer les capacités desdits acteurs pour améliorer les  performances de leurs entreprises  et ainsi  augmenter le niveau  de production des poulets de chair et des poules pondeuses, sans oublier les œufs de table.

Au cours des échanges avec les experts Pierre Paris, Arafat Mahamat et  Jean Pierre, plusieurs facteurs bloquants ont été évoqués : qualité et  coût des aliments de bétail ; qualité des poussins produits ; faible production ; manque de formation des éleveurs ; difficultés de financement et de commercialisation…

L’approvisionnement en aliment de bétail fait partie des écueils qui nuisent à la filière «  L’aliment de bétail est un élément qui pose beaucoup de difficultés à cette filière. L’objectif est aussi de pouvoir développer des projets collectifs. Les acteurs ont pu identifier la mise en place d’une unité de transformation d’aliment de bétail tels les intrants (maïs, soja). La réflexion doit être menée autour d’une unité mais aussi autour de l’approvisionnement de l’unité aussi bien en maïs qu’en d’autres intrants.  Cela peut justifier l’impact au niveau du coût du poulet. La mise en place d’unités et de sociétés de cautionnement mutuelle devrait apporter une garantie aux acteurs de la filière lorsqu’ils soumettent les projets au niveau des institutions des micro finances ou bancaires »  a dit  Didier Akoué, chef de projet PRCCE à Pointe-Noire et au Kouilou. Et d’ajouter : « Nous voulons aussi apporter notre expertise dans le renforcement des capacités dans la mise en place des différents projets ou des business plan, dans la structuration  des fermes , bref dans la formation des acteurs de la filière » .

L’objectif spécifique du programme PRCCE est de faciliter la diversification du tissu économique congolais, notamment en appuyant le développement des PME/TPE.