Atelier OMCUn atelier national de mise en œuvre de l’accord pour la facilitation des échanges de l’OMC  se déroule du  mercredi 15 au jeudi 16  juillet 2015 à la Chambre de commerce. Dans son  viseur, la catégorisation des obligations restantes à remplir dans le cadre de cette démarche progressive.

 

Cet atelier  réunit les parties prenantes du secteur privé et public. Il sera l’occasion, au-delà de l’effort de catégorisation des obligations, de réfléchir aux propositions de projets pour solliciter une assistance et financière des bailleurs pour la mise en œuvre des clauses de catégorie C. C’est Pierre Berthonneau du Centre du commerce international qui est à la manœuvre au sujet de la formation. Plusieurs aspects sont au menu de deux  jours de travaux : comprendre l’AFC (l’Accord de  facilitation des échanges) et ses implications ;  traitement spécial et différencié, exigences relatives à la notification ; le rôle du comité national de facilitation des échanges, catégorisation des dispositions de l’AFE en B ou C ; catégorisation des dispositions de l’AFE dans la A, B ou C ; mettre en œuvre l’AFE pour promouvoir et approfondir l’intégration régionale ; présentation des étapes à venir … Cette initiative intervient dans un contexte de persistance de difficultés pour les opérateurs économiques tournés actifs dans  le commerce international. D’où l’espoir du président de la Chambre consulaire de Pointe-Noire Didier Sylvestre Mavouenzela « de voir lever les pesanteurs au commerce extérieur ». Le Congo affiche des indicateurs très peu flatteurs dans ce domaine, selon la Banque mondiale : le coût d’exportation est 2,5 fois plus élevé que la moyenne mondiale ; le coût d’importation est 4 plus élevé. C’est en décembre 2013 que les membres de l’OMC ont conclu les négociations relatives à l’Accord pour la facilitation des échanges. Accord qui crée des obligations inhérentes à l’amélioration des procédures, de la transparence et  de l’efficacité douanière. Les pays en développement et ceux dits moins avancés classent eux-mêmes les dispositions de l’accord dans les catégories A(mise en œuvre dès l’entrée en vigueur ) B( mise en œuvre différée) ou C( mise en œuvre en rapport avec l’acquisition des capacités à travers l’assistance et le support).Croissance, création d’emplois, réduction de la pauvreté : le plan national de développement du commerce s’est vu assigner plusieurs défis devant, à leur tour , concourir au succès du plan national de développement. Forts de la vitalité des enjeux, le conseiller au commerce extérieur de la ministre du Commerce et des Approvisionnements a exhorté les participants à une réelle implication.Cet atelier, qui porte l’empreinte du ministère déjà cité, a reçu l’appui du centre du commerce international et  de l’Organisation internationale de la francophonie(OIF) à travers son programme HUB &POLKIES II du Congo.