Le ministère de la Jeunesse et de l’Education civique et l’Association Pointe-Noire industrielle (APNI)  ont signé samedi 28 février 2015 à la chambre de commerce de Pointe-Noire  un protocole d’accord sur la mise en place du  fonds d’appui à l’entreprenariat juvénile.

 

Ce protocole d’accord, qui court sur une période de trois ans, a été paraphé par le ministre Collinet Makosso, en charge de la jeunesse et Sylvestre Didier Mavouenzela, président de L’APNI. A travers cet acte, le département de la Jeunesse et de l’Education civique  s’engage à soutenir, grâce à l’allocation   d’une enveloppe de 600 millions de FCFA  soit 200 millions par an,  un train d’initiatives au  bénéfice de la jeunesse. Notamment  la mise en place des centres de gestion agréés du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique ; l’accès des porteurs de projets à la formation de base en gestion et à la formation à la création d’entreprise ; la mise sur pied d’un fonds de garantie à l’entreprenariat juvénile(FGEJ) ; la mise en place d’un fonds de cofinancement de l’accompagnement des jeunes. La partition de l’APNI va  essentiellement porter   sur deux axes : l’apport de l’expertise nécessaire à la réalisation de l’éventail des missions prévues et  la gestion du fonds de garantie à l’entreprenariat juvénile ainsi que son équivalent dédié au cofinancement de l’accompagnement des jeunes. « Nous sommes heureux que le gouvernement ait pensé, à travers cet instrument,  à intégrer les jeunes dans les chaînes de valeurs qui créent de la croissance dans notre pays »s’est enthousiasmé le numéro un de l’APNI. Inlassablement sur le pont ces temps-ci, le titulaire du portefeuille de la Jeunesse et de l’Education civique s’est fait l’écho de la sensibilité de l’exécutif à la situation des jeunes. Cela, a-t-il martelé, se traduit par l’accomplissement   des efforts soutenus en matière d’amélioration du climat des affaires avec des outils comme l’API( Agence pour la promotion des investissements) et des programmes jugés ambitieux . « Quand le gouvernement dit qu’il travaille à l’insertion professionnelle des jeunes, ce n’est pas de l’utopie » a insisté Anatole Collinet Makosso. Au cours de cette cérémonie, Victorien  Kimbembe Massoumou  et Juvenat Reiche  Mampouya,  deux jeunes entrepreneurs suivis par l’APNI, ont témoigné du soutien déterminant reçu auprès de cet organisme. Une illustration vivante de son l’efficacité .A noter que la signature de ce protocole d’accord s’est voulue un acte chargé de symbole: elle est intervenue à l’occasion de la journée nationale de la jeunesse célébrée tous les 28 février de l’année.